Une application pour smartphone pourrait vous alerter sur les produits chimiques cancérigènes présents dans la viande

Une nouvelle application pour smartphone pourrait alerter les utilisateurs sur les produits chimiques cancérigènes présents dans les viandes transformées comme les saucisses, le jambon, le bacon et le salami.

Des scientifiques espagnols ont créé un système qui comprend un film à changement de couleur appelé “POLYSEN” que les consommateurs peuvent coller sur les produits à base de viande.

Les étiquettes deviennent plus foncées lorsqu’elles détectent des niveaux élevés de nitrite – un agent de conservation de la viande qui peut former des composés potentiellement cancérigènes.

Les utilisateurs peuvent ensuite prendre une photo du film avec un smartphone, et une application spécialement développée analysera la couleur et donnera une valeur de concentration de nitrite.

Les viandes séchées et transformées, telles que le salami et le bacon, sont souvent traitées avec des sels de nitrite ou de nitrate pour leur donner un aspect et un goût frais (photo d'archive)

Les viandes séchées et transformées, telles que le salami et le bacon, sont souvent traitées avec des sels de nitrite ou de nitrate pour leur donner un aspect et un goût frais (photo d’archive)

Le graphique de l'article des chercheurs montre que le système fonctionne.  Des disques découpés dans le film sont placés sur des échantillons de viande pendant 15 minutes pour leur permettre de réagir avec le nitrite.  Les disques sont ensuite retirés et plongés dans une solution d'hydroxyde de sodium pendant une minute pour développer la couleur.  Plus la teneur en nitrite est élevée, plus la teinte jaunâtre du film est profonde.  Une application pour smartphone s'auto-calibre lorsqu'un tableau de disques de référence est photographié dans la même image

Le graphique de l’article des chercheurs montre que le système fonctionne. Des disques découpés dans le film sont placés sur des échantillons de viande pendant 15 minutes pour leur permettre de réagir avec le nitrite. Les disques sont ensuite retirés et plongés dans une solution d’hydroxyde de sodium pendant une minute pour développer la couleur. Plus le nitrite est élevé, plus la teinte jaunâtre du film est profonde. Une application pour smartphone s’auto-calibre lorsqu’un tableau de disques de référence est photographié dans la même image

COMMENT FONCTIONNE ‘POLYSEN’?

POLYSEN, ou « capteur polymère », est un film composé de quatre monomères et d’acide chlorhydrique.

Des disques découpés dans le film sont placés sur des échantillons de viande pendant 15 minutes pour leur permettre de réagir avec le nitrite.

Les disques sont ensuite retirés et plongés dans une solution d’hydroxyde de sodium pendant une minute pour développer la couleur.

Plus le nitrite est élevé, plus la teinte jaunâtre du film est profonde.

Une application pour smartphone s’auto-calibre lorsqu’un tableau de disques de référence est photographié dans la même image.

Le système a été créé par des experts de l’Université de Burgos en Espagne et détaillé dans une nouvelle étude, publiée dans Matériaux appliqués et interfaces ACS.

«Il est nécessaire de détecter et de contrôler différents composés chimiques ajoutés aux aliments transformés, tels que la viande transformée», déclarent-ils.

“Notre méthode représente une grande avancée en termes de temps d’analyse, de simplicité et d’orientation à utiliser par le citoyen moyen.”

Les viandes salées et transformées, telles que le bacon, les hot-dogs, le jambon et les saucisses (y compris la mortadelle, une viande de déjeuner italienne), sont souvent traitées avec du nitrite ou du nitrate pour leur donner un aspect et un goût frais.

Les nitrites sont largement utilisés dans les viandes transformées pour prolonger leur durée de conservation, en éloignant les bactéries qui peuvent causer des maladies comme la salmonelle, la listériose et le botulisme.

Surtout, ils ajoutent également un goût acidulé séduisant et une teinte rose à des produits comme le bacon, les rendant plus appétissants.

Bien que le nitrate soit relativement stable, il peut être converti en ion nitrite plus réactif dans le corps.

Lorsqu’il se trouve dans l’environnement acide de l’estomac ou sous la chaleur élevée d’une poêle à frire, le nitrite peut subir une réaction pour former des nitrosamines, qui ont été liées au développement de divers cancers.

Pour cette raison, les consommateurs souhaitent limiter la consommation de ces conservateurs, mais il est difficile de déterminer la quantité contenue dans un aliment.

Les nitrites ajoutent un goût acidulé séduisant et une teinte rose fraîche séduisante à des produits comme les saucisses, le jambon, le bacon et le salami (photo d'archives)

Les nitrites ajoutent un goût acidulé séduisant et une teinte rose fraîche séduisante à des produits comme les saucisses, le jambon, le bacon et le salami (photo d’archives)

Ici, un ouvrier emballe des tranches de mortadelle, un pain de viande italien, dans une usine (photo d'archives)

Ici, un ouvrier emballe des tranches de mortadelle, un pain de viande italien, dans une usine (photo d’archives)

Les chercheurs ont donc créé le nouveau film POLYSEN – une abréviation de « capteur polymère » – composé de quatre monomères et d’acide chlorhydrique.

Tout d’abord, pour créer un “tableau de référence”, des disques découpés dans le film ont été placés sur cinq échantillons de viande différents pendant 15 minutes, permettant aux unités monomères et à l’acide du film de réagir avec le nitrite.

Les échantillons de viande avaient tous des concentrations de nitrite différentes, de sorte que les chercheurs savaient que les disques varieraient en couleur.

Les disques ont ensuite été retirés et plongés dans une solution d’hydroxyde de sodium pendant une minute pour développer la couleur.

Plus le nitrite présent dans la viande était élevé, plus la teinte jaunâtre de chaque film devenait profonde.

Pour calibrer le système, des disques découpés dans le film ont été placés sur cinq échantillons de viande différents pendant 15 minutes, permettant aux unités monomères et à l'acide du film de réagir avec le nitrite.

Pour calibrer le système, des disques découpés dans le film ont été placés sur cinq échantillons de viande différents pendant 15 minutes, permettant aux unités monomères et à l’acide du film de réagir avec le nitrite.

Ensuite, les chercheurs ont créé l’application pour smartphone qui utilise la colorimétrie – qui utilise la lumière pour déterminer la concentration de composés particuliers.

Lorsqu’elle est photographiée dans la même image que le tableau de référence, l’application peut renvoyer une estimation de nitrite pour le disque échantillon.

L’équipe a testé le film sur des viandes préparées et traitées au nitrite, en plus des viandes achetées en magasin.

Ils ont découvert que la méthode basée sur POLYSEN produisait des résultats similaires à ceux obtenus avec une méthode de détection des nitrites traditionnelle et plus complexe.

De plus, POLYSEN s’est conformé à une réglementation européenne sur la migration des substances du film vers les aliments.

Bien que l’équipe n’ait fait que démontrer le système pour l’instant, il pourrait fournir aux consommateurs un moyen convivial et peu coûteux de déterminer les niveaux de nitrite dans les aliments à l’avenir.

«Cette étude se veut une preuve de concept dans laquelle il a été démontré que la méthodologie est pratique et fonctionne», concluent-ils.

NITRITES ET NITRATES : UN PRIMAIRE

Le nitrite et le nitrate sont couramment utilisés pour la salaison de la viande et d’autres produits périssables.

Ils sont également ajoutés à la viande pour la garder rouge et lui donner du goût.

Le nitrate se trouve également naturellement dans les légumes, les concentrations les plus élevées se trouvant dans les légumes à feuilles comme les épinards et la laitue.

Il peut également entrer dans la chaîne alimentaire en tant que contaminant environnemental dans l’eau, en raison de son utilisation dans les méthodes d’agriculture intensive, la production animale et les rejets d’eaux usées.

Le nitrite dans les aliments (et le nitrate converti en nitrite dans l’organisme) peut contribuer à la formation d’un groupe de composés appelés nitrosamines, dont certains sont cancérigènes, c’est-à-dire qu’ils ont le potentiel de provoquer le cancer.

En 2015, l’Organisation mondiale de la santé a averti qu’il y avait une augmentation significative du risque de cancer de l’intestin lié à la consommation de viandes transformées telles que le bacon, qui contiennent traditionnellement des nitrites ajoutés au fur et à mesure de leur séchage.

L’apport quotidien acceptable actuel pour les nitrates, selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), est de 3,7 milligrammes par kilogramme de poids corporel par jour.

L’apport quotidien acceptable de l’EFSA pour les nitrites est de 0,07 mg par kilogramme de poids chaque jour.

La source: EFSA

Leave a Comment

Your email address will not be published.